Publiée le 29/02/2016 - Mise à jour le 02/03/2016
Passer la zone des réseaux sociaux

Modernisation de la ligne fret Bassens – Bec d’Ambès

SNCF Réseau procède au remplacement du rail, des traverses et du ballast sur près de 15 kilomètres de voie unique non électrifiée entre Bassens et Bec d’Ambès, entre le 29 février et le 29 juillet 2016.

(Crédit photo: Laurent Pascal)

 

Malgré une surveillance renforcée et une maintenance régulière, l’état général de cette voie s’est dégradé. Cette altération provient essentiellement de l’instabilité des sols situés en zone marécageuse. Grâce au soutien du Grand Port Maritime de Bordeaux et à une forte mobilisation de l’Europe, l’Etat, la région ALPC, Bordeaux Métropole et SNCF Réseau, les travaux de renouvellement sur cette ligne fret se déroulent du 29 février au 29 juillet 2016.

La modernisation de cette section de voie permettra de :
•    maintenir la performance de la ligne à 50 km/h contre une vitesse actuellement réduite à 20 km/h,
•    assurer un service de qualité aux 5 entreprises installées sur la presqu’île. Cette opération contribue à préserver l’activité économique et l’emploi de 450 personnes.

Compte tenu du contexte environnemental de la ligne, située en zone marécageuse, la particularité de ce projet repose sur l’assainissement et la stabilisation de la plateforme, selon deux procédés :
•    un confortement par la mise en place d’une géogrille renforcée sur la majeure partie du linéaire,
•    un renforcement sur 4 zones spécifiques, avec la réalisation d’inclusions rigides.

Le chantier, en partie situé dans la zone classée Natura 2000 « Marais du Bec d’Ambès », à la confluence de la Garonne et de la Dordogne, implique de la part du maître d’ouvrage et des entreprises une vigilance et une adaptation de leurs procédés.

Les travaux nécessitent une fermeture complète de la voie pendant 5 mois, du 29 février au 29 juillet 2016. Les passages à niveau seront également fermés au fur et à mesure de l’avancement du chantier. Des déviations pour les circulations routières sont mises en place en concertation avec les gestionnaires de voirie.

Le montant du projet s’élève à 20 millions d’euros, financés par l’Etat (30%), La Région ALPC (29%), l’Europe (20%), SNCF Réseau (11%) et Bordeaux Métropole (10%).