Publiée le 25/04/2017 - Mise à jour le 25/04/2017
Passer la zone des réseaux sociaux

Du neuf pour les horloges de la grande verrière et du hall 1 de la gare de Bordeaux Saint-Jean

Dans la nuit du 11 au 12 avril 2017, l’horloge monumentale située sur le pignon sud de la grande verrière de la gare Saint-Jean a retrouvé ses aiguilles. Une intervention spectaculaire réalisée par des techniciens encordés, qui marque la fin d’une importante opération de restauration. Dès le lendemain, une horloge suspendue a également fait son apparition dans le hall 1.

Horloges de la grande halle voyageurs

A l’occasion de la réfection de la toiture de la grande halle, les deux grandes horloges situées sur les pignons nord et sud ont, elles aussi, été entièrement remises à neuf.

Ces horloges, installées en 1900, ont bénéficié d’une cure de rajeunissement visuelle et technologique. Les cadrans, entièrement toilettés, ont retrouvé leur éclat. Les aiguilles d’origine ont été nettoyées, rééquilibrées et remises en place.

Mais la grande nouveauté concerne l’installation d’un nouveau mécanisme électronique, afin que chacune des horloges fonctionne de manière autonome. Elles sont équipées d’un récepteur qui capte toutes les minutes une information transmise par un émetteur situé à Allouis dans le Cher.

La mise en service de ces 2 horloges est prévue d’ici le mois de juin.  Les aiguilles actuellement calées sur midi, se mettront automatiquement à l’heure dans un mouvement parfaitement synchronisé.

Une nouvelle horloge installée dans le hall 1

Trois nuits ont été nécessaires pour mettre en place la nouvelle horloge de la gare de Bordeaux-Saint-Jean. C’est à Bodet, leader européen de la mesure et gestion du temps, qu’est revenue cette délicate et impressionnante mission.

Suspendue dans le vide à 13 mètres de hauteur au-dessous d’une des verrières, il s’agit d’un modèle unique conçu sur mesure et réalisé par cette entreprise familiale, créée en 1868 dont les ateliers se trouvent à Trémentines dans le Maine et Loire.

> Communiqué de presse

Photos : Rodolphe Escher